Friday, Dec 4, 2020
HomeActualités InternationalesLe déficit budgétaire du Ghana devrait doubler en raison de la baisse des prix du pétrole et de la pandémie de coronavirus.

Le déficit budgétaire du Ghana devrait doubler en raison de la baisse des prix du pétrole et de la pandémie de coronavirus.

Partager cet article

Le déficit budgétaire du Ghana représentera plus du double de la prévision initiale, car la baisse des prix du pétrole et la pandémie de coronavirus pèsent sur les revenus de l’État et la croissance économique.

Bloomberg a rapporté que le déficit est désormais estimé à 11,4% du produit intérieur brut contre une projection de 4,7% à la fin de l’année dernière, a déclaré le ministre des Finances Ken Ofori-Atta dans une revue budgétaire du milieu d’année qu’il a présentée aux législateurs . . La croissance économique est désormais projetée à 0,9%, contre 6,8% en novembre et 1,5% en mars.

Avant le début de la pandémie mondiale, le Ghana était en bonne voie pour maintenir son déficit budgétaire en dessous de 5% pendant une troisième année, conformément à la législation adoptée en 2018. Le virus a mis un terme brutal à trois années d’expansion du PIB de 6% ou plus et a annulé certains des gains budgétaires réalisés dans le cadre d’un programme du Fonds monétaire international qui a pris fin en avril 2019, le 16e plan de sauvetage du Ghana par le prêteur basé à Washington.
Progression annulée

Un manque à gagner de 5,3 milliards de cedis (915 millions de dollars) de recettes pétrolières et une baisse des recettes fiscales élargiront le déficit de recettes à 14 milliards de cedis, a déclaré Ofori-Atta. Les dépenses augmenteront de 13 milliards de cedis, principalement en raison des coûts liés à la riposte contre le coronavirus.

«Le coût fiscal de la pandémie de Covid-19 est énorme», a-t-il déclaré.

L’économie sera une question clé lors d’un vote du 7 décembre lorsque le président Nana Akufo-Addo cherchera à renouveler son mandat pour quatre ans, face à son prédécesseur, John Mahama, du Congrès national démocratique.

Électricité inutilisée

Le fardeau de la dette de ce pays est aggravé par son incapacité à revoir les accords d’achat d’électricité depuis qu’il s’est engagé à le faire il y a près d’un an. Alors que ces accords ont permis à la capacité installée de presque doubler les besoins de pointe du pays, soit 2 700 mégawatts, le Ghana paie environ 2,5 milliards de cedis par an pour l’électricité dont il n’a pas besoin.

Un groupe de producteurs d’électricité indépendants, qui représentent ensemble environ 1 262 mégawatts, a déclaré cette semaine que le gouvernement devait plus de 1,4 milliard de dollars aux entreprises au 30 juin. Le ministère des Finances a déclaré mardi qu’il s’engageait toujours dans des discussions bilatérales avec les producteurs.

Intellivoire

SUIVEZ-NOUS SUR:
La Crise pétrolièr
Démenti De La Sar :

contact@senpetrogaz.sn

La rédaction de senpetrogaz est spécialisée dans le secteur des hydrocarbures

Évaluez cet article:
SANS COMMENTAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE